• Info en réflexion : mini conférence sur le pourquoi des Cambusiers !

    Ce texte date de Mars 2010, notre association "Les Cambusiers 81" faisait ses premiers pas... et nous oganisions, au Pot Ethique à Mazamet, une table ronde autour des problématiques de l'association. Voici le texte qui avait servi d'introduction à la table ronde, qui est toujours d'actualité :

    -- -- -- --

    Partons d'abord d'un constat... d'une réalité...


    ...l'homo sapiens, (terme latin signifiant, homme sage ou homme qui sait), aussi appellé, "humain" ou encore "Homme"... (avec un grand H... ce qui inclue, de fait, la femme ,dont il n'est pas plus à prouver qu'elle sait autant que l'homme qui sait qu'il ne serait rien sans elle... et inversement...)

    ...l'Homme donc... apparait bien avant Jésus Christ, ou encore Siddhartha Gautama, plus connu sous le sobriquet de Bouddha... ces deux là étant d'autres hommes, qui peut être, eux, en savaient trop... mais qui sait ?!

    L'homo sapiens, donc... est la forme la plus évoluée, d'une lignée de primates... pour faire simple...
    ..."la plus évoluée" ne voulant pas necessairement dire "la plus intéligente"... je reviendrai sur ce point...

    -- -- --
    L'Homme, bien que dépourvu de l'aptitude à digérer la cellulose, est omnivore, (L'adjectif omnivore désignant un régime alimentaire consistant à se nourrir aussi bien de plantes que d'animaux, donc pour l'homme, de se nourrir de ses cousins notamment... j'insiste sur ce point pour faire plaisir à notre ami végétarien, Patrice...

    Initialement chasseurs-cueilleurs, les humains forment depuis le Néolithique des sociétés de producteurs basées sur l'agriculture et l’élevage.

    De nos jours, les hommes consomment des aliments très diversifiés, qu'ils soient d'origine végétale, animale et plus récemment chimique et OGM.

    La base de leur alimentation est toutefois constituée de féculents, issus en particulier de trois céréales: le blé, le maïs et le riz...

    Il ne connaît actuellement aucun prédateur à part lui même, ce qui fait dire à certain que "l'homme et un loup pour l'homme"... ce qui ne fait pas du loup, un homme pour le loup... à ne pas confondre donc...

    L'homme se distingue rapidement dans l'évolution par sa maîtrise du feu, la domestication de nombreuses espèces végétales et animales, la faculté de fabriquer des outils, ainsi que l'aptitude de son système cognitif à l'abstraction, à l'introspection et à la blague raciste...

    ...en effet, il semble que l'Homme, (ce qui, je le rappelle inclue la Femme) soit la seule espèce du règne animal à avoir inventé et mis en pratique,... la bétise !

    Et c'est de ce point prècis dont je voudrais vous entretenir ici...

    -- -- --
    La bétise peut prendre bien des formes, des plus abruptes, comme la guerre de religion, pour n'en citer qu'une, aux plus sournoises comme ce que je nommerai la consommation ignorante....

    En effet, si l'homo sapiens est donc un homme qui sait qu'il doit, par exemple, consommer pour survivre, il n'est pas du tout certain que son caractère social pourtant avéré scientifiquement, ne soit pas mis à mal par sa pratique même de cette fameuse consommation...

    ...hors, l'Homme étant un animal social, il doit prendre en compte les autres hommes, et femmes, dans ses considérations quant à l'impact de sa consommation...

    ...la question est donc, dois je consommer pour ma survie seule ou celle de mes semblables et celle de ma terre d'acceuil, que, vous le savez certainement, certains hommes et femmes nomment "la terre mère" ou "mère nourricière"...

    -- -- --
    Il convient maintenant de parler d'une certaine catégorie d'Homo Sapiens apparue relativement récemment... l'homo oeconomicus... (attention là ça va devenir un peu complexe...)

    Loins de n'être qu'une formule tout faite, cette notion d'homo oeconomicus, s'opposant à la notion d'homo sociologicus, a été théorisée par des économistes, donc des Hommes et pour le coup peu de femmes, comme étant un comportement strictement rationnel des individus...

    Ainsi, cette notion, aliée à la théorie du marché libre des penseurs libéraux, permet de donner sens, du moins sur le papier, à la finalité de ces même penseurs, l'efficience du marché... !

    (par opposition à la régulation politique des individus via l'Etat, ou des structures plus locales... basées sur des éthiques consentis collectivement...)

    Autrement dit, le corps social, s'il n'était fait que d'individus strictement rationnels et donc calculateurs de leur propre profit ou bien être, suffirait au bonheur de tous, via le marché libre qui laisserait libre court à leurs égoismes particuliers...

    Pour résumer en un formule, parce que c'est un peu laborieux... "l'égoisme de chacun fait le bonheur de tous... du moment que chacun fait le calcul rationnel de son propre bien être..."

    Dans cette notion, d'homo oeuconomicus, nulle place à l'affect, au soucis de l'échange équitable, aux considération environnementales, et plus généralement à la notion subjective de bien être...

    Bref... tout ça c'est pour les marchés, la bourse, les traders, et le CAC 40 me direz vous...

    Ben pas vraiment, et c'est ça le problème !

    -- -- --
    Rentrons dans le vif du sujet, avec un petit historique sur les grands changements de distribution qu'a subit l'agriculture en France après la guerre:

    1962: Naissance du marché commun agricole

    L'ancètre de la PAC (politique agricole commune) s'appuie sur un grand principe libéral...

    ...le marché unique ! (sensé donc mettre en concurence libre et non faussée les agriculteurs et producteurs, ceux ci étant censés à leur tour, chercher leur profit et bien être personnels, et la "main invisible" ou "l'efficience du marché" étant censés auto-réguler tout ça pour le bonheur de tous... !)

    Les produits agricoles circulent librement à l'intérieur de la CEE (Communauté Economique Européenne), sans droits de douane, ni subventions nationnales. C'est le début de la mise en concurence des agriculteurs européens...

    ...mais malheureusement, pas de main invisible qui auto régule tout ça comme le dogme libéral semble le croire, ou veut nous le faire croire...

    1986 :
    Ronald Reagan, alors président des Etat Unis (après avoir été comédien.. à la réputation d'acteur de seconds rôles) veut appliquer la logique du libre échange à l'agriculture mondiale. Sous la pression, l'Europe des douzes d'alors, cède en mai 1992...

    1995:
    L'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) prend la relève... Son "Accord" sur l'agriculture (qui fait suite au Cycle d'Uruguay), postule que les réglementations des 134 pays participants, sont trop contraignantes et protègent les producteurs contre la sacro sainte "concurence libre et non faussée"...

    Les Etats des 134 pays signataires doivent alors petit à petit supprimer leur droits de douanes et autres régulateurs d'économie nationnale...

    Ainsi, la grande distribution a les mains libres de faire pression sur les agriculteurs de chaque pays pour les metrres en concurence et tirer les prix jusqu'à l'assfixie... (après tout, acteur économique parmis d'autres, elle cherche son profit et son bien être, comme suggéré par le libre marché...)

    Cette même grande distribution peut alors imposer aux producteurs un rendemment necessitant des méthodes loin d'être naturelles, biologiques ou encore respectueuse des droits sociaux...

    Jusqu'en 1986, les marges des distributeurs étaient encadrés par l'Etat. Aujourd'hui, les libéraux disent que c'était un système soviétique... un mode d'organisation de bolchevique qui permettaient pourtant aux producteurs de s'assurer des prix décents...

    ...c'en était trop pour le gouvernement de Jacques Chirac (alors premier ministre, en "cohabitation tranquille", de Mitterand) et son ministre de l'Agriculture François Guillaumme, ancien président de la FNSEA, qui font sauter ce premier verrou et c'est l'envol de la grande distribution...

    -- -- --

    Une toute puissance des Carrefour, Leclerc et autre Intermarché, que la loi de modernisation de l'économie, votée en aout 2008, a gravé dans le marbre... loi LME, que certains appellent depuis, loi Michel Edouard...

    La dernière fois que l'Etat a pris une mesure de régulation dans l'agriculture, c'était en 2000, sous le gourvernement Jospin, 1999 avait été une année difficile, climat pourri, concurence espagnole, mauvaise récolte...

    Jospin fait donc voter en 2000 la loi sur les nouvelles régulations économiques qui met en place un prix minimum de crise... sans donc débourser d'argent, l'Etat avait imposé au distributeurs d'acheter à un prix minimum, celui qui permettait aux exploitants de survivre, tout simplement...

    Seulement voilà, les importateurs de fruits portent plainte, la commission européenne aussi... et la France est condamnée à une lourde amende par Bruxelles.

    C'est que le jeu de la libre concurence était faussée !

    -- -- --

    Bref... en résumé :

    Mise en concurrence des paysans, des travailleurs agricoles, des produits... par delà les frontières, au mépris des préoccupations écologiques, des droits sociaux de travailleurs d'ailleurs mais aussi d'ici, puisque la tendance est à niveler les conditions de production et de travail, par le bas...

    Bruno Le Maire, actuel ministre de l'agriculture, en sait quelque chose, il déclare "il faut baisser le coût du travail par des exonérations de charges"... ben voyons... ya qu'à !

    Ce que Bruno Le Maire appelle "cout du travail" et "charges" peut aussi s'appeller cotisations sociales ou salaire indirect... tout dépend de quel côté du libéralisme on se place !

    Alors, que faire, si les décisions politiques et économiques, qu'elles soient nationales, européennes ou mondiales, convergent en un même point critique et condamnent les agriculteurs et les consommateurs, à des dépendances à la grande distribution...

    Nous proposons et essayons de...

    Relocaliser l'économie, établir des réseaux indépendants sur le mode complémentaire et non concurent... soutenir les initiatives locales pour se réaproprier les savoirs agricoles, les légitimités de culture, et viser une souveraineté alimentaire locale !

    Avec par exemple, le groupement d'achat que nous sommes en train de créer...

    Faisons en sorte que l'homo sapiens sache vraiment ce qu'il y consomme...

    Merci...

     

    -- -- --    -- -- --   -- -- --

    GRANDE DISTRIBUTION
    Chiffres, faits et arguments

    En 40 ans, une vingtaine d'enseignes et une dizaine de centrales d'achat ont conquis une position dominante.
    Pendant ce temps, la population française augmentait de plus 30%, 190 000 commerces de proximité (moins 61%) disparaissaient. Pour l'automobile, de 1975 à 1995 le parc doublait, mais 30 000 stations services de proximité fermaient, remplacées par 3 000 stations en grande surface.

    Elles distribuent désormais 1 litre de carburant sur 2. En 2004 quelques enseignes et leurs équipes de dirigeants règnent, en amont sur 400 000 agriculteurs, 70 000 entreprises et leurs salariés, en aval sur 60 millions de consommateurs.

    Question pour les consommateurs :
    - Désormais ont-ils un autre choix ?
    - Individuellement, y gagnent-ils autant qu'ils le pensent ?
    - Y gagnent-ils autant que la publicité jetée régulièrement dans leurs boites aux lettres tente de les persuader ?
    - Collectivement quel coût écologique ?

    De 1998 à 2004 la progression des prix en grande surface a été de plus 13,7% contre 10,4% pour les autres mode de distribution.

    Avec le passage à l'Euro les prix en grandes surfaces ont progressé de plus 8,9%. En 1949, avec dix à douze intermédiaires, le rapport était de 1 à 4 entre le prix payé aux producteurs et le prix payé par le consommateur. En 2004 avec un seul intermédiaire : une centrale d'achat, le rapport est toujours de 1 à 4.

    Question pour les salariés :
    – La Grande distribution se construit une image de créateur d'emploi et annoncait 26 500 recrutements en 2005. Ces chiffres comprennenaient aussi en réalité les remplacements des démissionnaires et des partant à la retraite. En 2003 pour 633 300 salariés l'emploi n'a progressé que de 1,3% (8300 créations). Ce n'est pas une performance comparée au commerce de détail et à d'autres secteurs.

    Il est difficile de chiffrer les créations ou suppression d'emplois découlant des stratégies des grandes surfaces. Selon Christian Jacquiau un point de vente carburant, par exmple, en Grande surface emploie 5 fois moins de personnel qu'une station service.

    - Combien d'emplois détruits pour le commerce de proximité, l'industrie, l'agriculture… ?
    Question pour les agricultrices et agriculteurs:
    – La stratégie de la Grande distribution contribue à ce que 40% aient un revenu inférieur au SMIC et 25%, un sur quatre, un revenu inférieur au RMI.

    Pourtant le consommateur paye 3 fois :
    –une fois consommateur à la grande surface (2,5 pour 1€ kg de tomates payé 0,5 au producteur).€
    –une fois contribuable pour les sommes versées par l'Etat et l'Europe à l'agriculture.
    –une fois au titre de la solidarité avec les aides sociales reversées aux agriculteurs les plus en difficultés.

    Pour l'ensemble des consommateurs n'est-ce pas un coût bien supérieur à un prix équitable payé directement aux producteurs ?

    Pour les agricultrices et agriculteurs, la stratégie de la grande distribution, c'est aussi la préférence pour quelques centimes aux fruits et légumes cultivés en Turquie, en Afrique du nord…

    – Quel prix écologique en effet de serre et autres pour les milliers de tonnes de carburant consommées pour le transport par route et par air ?

    – Quels prix pour les accidents de la route et pour la réalisation et l'entretien des voies routières à la charge des collectivités nationales, régionales et locales ?

    La stratégie d'une dizaine de centrales d'achat contribue à la disparition d'un paysan toutes les 20 minutes en France, toutes les 3 minutes en Europe. Européens nous avons si bien " conseillé et encouragé " les pays du sud que bon nombre sont passés de l'indépendance alimentaire, à la dépendance alimentaire.

    Pour les Industriels français et européens la stratégie de la grande distribution leur impose tout à la fois : gains de productivité, réduction de leur marge, majoration de prix pour pouvoir payer les " marges arrières ".

    Pour les Industriels français et européens la stratégie de la grande distribution peut aussi leur imposer de délocaliser pour survivre.


    -- -- --
    Documents (qui ont servi à cette table ronde):
    – L'le aux fleurs (Ilha das Flores)Î : court métrage documentaire brésilien réalisé par Jorge Furtado en 1989.
    – Les Coulisses de la grande distribution : livre de Christian Jacquiau sorti en 2000.
    – La Décroissance, le journal... (site internent www.ladecroissance.net)
    -- -- --

    « Info en partage : Festival Voie Verte, voix des orgues...Info en partage : en espagne, des militants de gauche jouent les Robin des Bois contre la crise ! »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :